L’énigme John Foggart – César Mallorqui

Bonjour à tous !

C’est en ce 31 octobre que je publie mon nouvel article spécial Halloween, non pas parce que le livre fait peur, mais pour l’horrible lecture que j’ai eu à subir, bon j’abuse. 🎃

Je vous présente donc ma dernière lecture ; « L’énigme John Foggart »  par César Mallorqui. C’est un livre que j’ai découvert par hasard, la couverture m’ayant plu, je suis allée voir le résumé qui paraissait intéressant.

Le résumé :

Nous sommes en 1920. Avant d’embarquer sur le Britanica, le célèbre scientifique John T. Foggart a laissé à sa femme, Lady Elizabeth Faraday, un coffre de reliques trouvées dans la crypte de saint Bowen, contenant, entre autres objets énigmatiques, des morceaux d’un métal inconnu. Il l’a aussi mise en garde contre un certain Aleksander Ardan, dirigeant de la société Ararat Ventures. Or, depuis, leur coffre a été cambriolé deux fois, et, lorsque le Britanica a fait escale en Norvège, il n’y avait plus trace de John Foggart. Lady Elizabeth, inquiète, convainc un ancien collège de son mari, l’irascible professeur Zarco, d’organiser une expédition pour partir à sa recherche. En plus d’eux feront partie du voyage, Katherine, la fille de Lady Elizabeth, Adrian Cairo, l’homme de confiance de Zarco, le jeune photographe Samuel Durango et le chimiste Bartolomé Garcia. La seule piste qu’ils possèdent est un ancien code médiéval, le Codex Bowenus, qui les emmènera de Londres au cercle polaire en passant par la Cornouaille, la Norvège et une ancienne ville souterraine située sous une île de l’Arctique… 

Une fois le livre réceptionné, je me suis empressée de le commencer et la déception est vite arrivée. Dès le début je n’ai pas accroché avec les personnages que j’ai trouvé trop caricaturaux ; en effet nous avons :

  • Le scientifique Zarco, qui est colérique et capricieux ;
  • La femme de Mr Foggart, extrêmement riche, qui sait tout faire : elle parle une dizaine de langues, utilise les armes mieux que quiconque, est presque plus sportive que les autres hommes, etc. Inutile de préciser que les deux se détestent, enfin au début, … Je n’en dis pas plus pour ne pas spoiler bien que c’est TELLEMENT prévisible, j’avais l’impression de regarder Dr House (pour les connaisseurs de la série) ;
  • Ensuite nous avons Samuel le photographe mystérieux avec un triste passé ;
  • Le méchant Ardan, riche et prêt à débourser des millions pour retrouver Foggart.

Et j’en passe.  Au fur et à mesure de ma lecture et de l’introduction des personnages, ma déception ne cessait d’augmenter.

Pourtant l’idée de départ est plutôt bonne, une navigation en mer, la visite du cercle polaire, d’iles mystérieuses, tout me faisait penser que j’allais voyager avec cette lecture. Eh bien non, toute l’histoire autour de cette univers est vide, encore une fois caricaturale et trop prévisible.  L’histoire est longue à se mettre en place et plutôt ennuyeuse. Ce n’est qu’à la deuxième partie du livre que j’ai commencé à accrocher … Pour au final une cinquantaine de pages plus tard être décontenancé par la tournure que prend l’histoire. Sans comprendre pourquoi, subitement, alors que nous sommes en 1920, j’entend parler d’extra-terrestre, de technologie très avancée datant de milliers d’années, d’automates géants qui tuent les humains pour défendre une « forteresse » dotée uniquement d’intelligence artificielle

Cet article n’est pas agréable à faire, car je ne suis pas douée pour les mauvaises critiques. Je n’ai pas accroché à cette histoire, car, outre tout ce qui a déjà été dit précédemment, le côté science fiction n’est pas du tout introduit au début et tombe dans la deuxième partie du livre comme un cheveux sur la soupe. Disons que j’utiliserais même cette expression pour définir tout le livre et ses intrigues.

Le livre a presque 550 pages, il se lit très facilement, quand on accroche, il est divisé en deux parties. Et l’histoire est tantôt racontée d’un point de vue externe, tantôt nous avons les écrits du journal intime de Samuel – et les pensées de « l’intelligence artificielle ». Pour le coup, j’ai trouvé ces différents types de narration plutôt intéressantes et originales.

Pour conclure, je dirai que le c’est un livre qui aurait dû être illustré et proposé aux enfants, avec peut être une morale, car s’il y en avait une, je ne l’ai pas saisie. Mais en lecture « young adult », je ne le recommande pas. Le récit est vraiment trop enfantin et parfois la tournure nous décontenance tellement elle n’est pas crédible. Mais sinon la couverture est très jolie :).

 

IMG_0932

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s