Robinson des mers du Sud – Tom Neale

c.jpeg

Bonjour à tous,

Je viens de terminer le livre de Mr Neale, qui nous conte ses 6 ans passés sur une île nommée « Souvarof ».

Livre que j’ai reçu dans une box Exploratology (pour changer), je dois dire que mes dernières lectures viennent exclusivement d’eux …

Ci dessous le résumé :

Souvarof… un îlot de huit cents mètres de long sur trois cents mètres de large, jeté dans le Pacifique-Sud, à l’écart de toute terre habitée. C’est sur ce caillou de corail que Tom Neale jette son dévolu. Marin sur les lignes de commerce qui sillonnent le Pacifique et l’océan Indien, puis employé en Nouvelle-Zélande, en Polynésie et aux Hébrides, ce bourlingueur a plus de cinquante ans quand il réalise son vieux rêve : s’établir sur une île déserte. Il se fait déposer à Souvarof par un bateau ami et entame une vie solitaire qui va durer près de vingt ans, ponctuée de très rares visites, parmi lesquelles celle de Bernard Moitessier. Robinson des mers du Sud raconte l’extraordinaire aventure d’un homme qui a voulu vivre son paradis sur terre et qui l’a construit, jusqu’à l’épuisement, de ses propres mains. Depuis la mort de Tom Neale en 1977, l’île est devenue une sorte de sanctuaire : les marins qui y font escale sont priés de contribuer à entretenir le jardin qu’il avait créé.

Dans ce livre Mr Neale nous explique comment il a connu l’île, et comment il a eu cette folle envie d’y vivre seul à son âge (50aine d’année) pour ensuite nous parler de son quotidien sur cette fameuse île.

Dès le début, le récit est prenant, et j’ai eu hâte qu’il arrive sur l’ile pour voir ce qu’il allait bien pouvoir y faire. C’est un homme très courageux, quoi que étrange de vouloir vivre seul sur une petite île, refusant catégoriquement toute compagnie sauf celle de deux chats, uniquement dans le but de chasser les rats présents sur l’ile.

C’est un homme à tout faire, il sait aussi bien créer des bougies à base de rien, qu’un four en s’aidant de choses et d’autres qu’il trouve par terre. Disons qu’en temps de catastrophe, il faut être avec lui !

Bon il faut dire quand même que l’île avait déjà été habité pendant la guerre, qu’une petite cabane était présente avec une cuisine, des livres, un lit, etc. Lui n’avait plus qu’à restaurer, mais le travail a été long et difficile.

L’histoire donne presque envie de tout quitter pour vivre comme lui, car tout le long nous vivons à travers lui la joie immense que ce quotidien à part lui procure. Il vit à son rythme quoique s’impose quotidiennement du travail, l’île est apparement paradisiaque avec des vues à couper le souffle et de quoi manger.

Malheureusement, à une partie du livre, j’ai cessé d’avoir toute affection pour lui à cause de plusieurs points que j’ai trouvé monstrueux et qui ont brisés mon petit coeur sensible : après que ses deux petits chats aient vécus une saison de l’amour, madame est tombée enceinte mais il nous dit clairement que les fruits de cet amour aillaient être noyés. Il nous raconte ensuite en détail le massacre de cochons à l’aide de sa machette et pour finir nous avons une belle description du massacre (encore) d’une tortue qui va remédier à sa carence en viande. Je comprend bien qu’à l’époque et seul sur une île, la sympathie des animaux est différente que celles que nous leur portons aujourd’hui, mais je pense que la description détaillée de ces passages pouvait être évitée Mr Neale.

J’ai eu du mal avec son caractère que je trouve très fermé, il a l’ambition et la force d’esprit de réaliser à chaque fois ses rêves et ses objectifs, ce qui est louable, mais je l’ai trouvé sans sentiments, et trop (vraiment trop) solitaire. À contrario, il vivait un réel amour pour cette île qui était touchant.

Malgré tout, ce petit livre de 400 pages est une lecture intéressante et enrichissante, car nous vivons avec lui ces années sur cette ile, nous vivons la maladie, la faim, tout le travail qu’il lui a consacré, les dangers et obstacles qu’il y a rencontrés, etc. De plus il a un bon recul et une bonne réflexion sur sa psychologie à force de solitude. Petit bonus il nous fait souvent des références à ses lectures, proposant des livres à ajouter à sa PàL ou simplement pour notre culture personnelle.

Pour conclure, j’ai bien aimé ma lecture, mais je ne me suis pas du tout attaché à Tom Neale, que j’ai même détesté par moment … C’est un bon livre à ouvrir en été, ou même en hiver pour ceux qui on une carence de soleil :).

WhatsApp Image 2018-07-23 at 00.55.45

Facilité à lire : 🏝🏝🏝🏝🏝/5

Ecriture : 🏝🏝🏝/5

Immersion dans le livre : 🏝🏝🏝🏝/5

Note globale : 🏝🏝🏝/5

Quel est le livre qui vous fait penser le plus à l’été ?

Publicités

3 Replies to “Robinson des mers du Sud – Tom Neale”

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s